Aller à la barre d’outils

Explorer le monde du vivant en maternelle

à la découverte des insectes et petites bêtes

Alors que j’étais en plein dans mes préparatifs de rentrée, une élève a rapporté en classe la fourmilière fabriquée par son papa (oups j’ai oublié de prendre une photo). Du coup, untel a amené sa tortue et telle autre son gecko… C’est ça la maternelle: prendre des virages et s’adapter au mouvement…

Du coup, nous voilà partis à la découverte d’un monde fascinant qui en effrayait quelques-uns au départ. Au début, mes élèves mettaient « toutes les petites bêtes dans le même panier », c’est à dire qu’ils ne faisaient par exemple aucune différence entre une araignée et une coccinelle. D’autres en avaient une peur bleue par crainte de se faire piquer, pincer et j’en passe.

Alors nous avons approfondi notre recherche, et plus particulièrement sur les fourmis et cela tombait bien car à ce moment-là, la cour était envahie de fourmis volantes. Nous avons lu qu’elles se préparaient au vol nuptial. Un papa d’élève nous a appris que le mâle se reconnait facilement car il a une tête plus petite !!! Nous avons réalisé la carte d’identité de la fourmi ainsi que complété la fiche d’anatomie:

J’ai alors présenté en classe diverses figurines de petites bêtes achetées dans divers supermarchés afin de dresser les différences et similitudes. Certains ont fait le parallèle avec le corps en trois parties de la fourmi (tête, thorax, abdomen), les antennes, les mandibules et surtout les six pattes. Je leur ai alors indiqué que ce sont les éléments qui permettent de reconnaître un insecte. Nous avons rajouté qu’un insecte ne possède pas toujours des ailes. A présent, place à la manipulation ! J’ai d’abord proposé cet atelier en demi groupe, puis successivement en binômes. Cela les a beaucoup motivés et ils ont aimé mémoriser le nom des divers insectes ou petites bêtes.

Nous avons utilisé les cartes de nomenclature avec les figurines pour réaliser une activité d’association, de tri et pour mémoriser le lexique et l’enrichir (la sauterelle est un insecte car elle a… ou l’araignée n’est pas un insecte parce que…) :

Et une fiche bilan:

Pour travailler l’habileté manuelle et consolider les critères de reconnaissance des insectes, les élèves ont modelé leur fourmi:

Un loto des insectes et petites bêtes (à imprimer en double pour le plateau et les cartes à découper):

Un carnet de dessins dirigés d’insectes qui permet aux enfants de dessiner en autonomie grâce aux étapes. La couverture a été réalisée à partir d’un coloriage trouvé sur le net

Une activité de graphisme à l’aide d’un répertoire graphique:

Et pour structurer la penser et se familiariser avec les nombres de 1 à 10, j’ai proposé des puzzles à partir de photos trouvées sur le net (je précise qu’il y a volontairement plusieurs niveaux différents, de très faciles à plus complexes pour pouvoir faire participer tous mes élèves ):

Les pièces du puzzle sont rangées dans une boîte, dans laquelle est placé le modèle, pour apporter une aide pour ceux qui le souhaitent, mais aussi et surtout pour faciliter le rangement puisque mes élèves sont souvent par quatre… et là, sont en totale autonomie car je m’occupe d’un autre atelier « plus dirigé ». Pour avoir un aperçu de ce qu’ils ont réalisé, les enfants cochent l’image adéquate dans leur « feuille de route ».

En ce qui concerne le domaine de la langue, j’ai utilisé le travail remarquable de

https://dessinemoiunehistoire.net/atelier-mots-insectes-petites-betes-jardin/

Il s’agit de reconstituer le nom de l’insecte à l’aide de lettres mobiles.

Et pour réinvestir nos connaissances sur l’anatomie des insectes, mais aussi pour le plaisir de manipuler des objets naturels et développer l’imaginaire et la créativité, voici un atelier avec consigne numérique (un corps en 3 parties, 2 antennes, 2 yeux, 6 pattes, éventuellement 2 ailes):

J’ai aussi trouvé des superbes cartes de nomenclature sur l’anatomie de la fourmi ICI

chez « Crapouillotage »:

En lecture plaisir, et pour sensibiliser à la différence et au handicap, j’ai présenté l’album de Mina la fourmi à qui il manque une patte:

Et en bonus une vidéo pour réaliser une fourmilière (j’aurais bien aimé tester mais trop peur de voir périr les fourmis …) :

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Valentine dit :

    Super article 😍

  2. Nicole dit :

    On reconnait là l’imagination débordante et les qualités de la super maîtresse qui sait faire travailler ses élèves dans tous les domaines en prenant la balle au bond. De la fourmi aux apprentissages 😉
    Bravo Mélusine et merci !

  3. coco dit :

    waouh! excellent ce travail! très complet! merci pour ce partage!
    bisous Mélu!
    Coc♥

  4. Barbara dit :

    GENIAL
    vraiment tout(je repasserai détailler promis là pas possible ce matin encore ) comme tes nombreuses exploitations
    bravo +++ ça m’est » un peu » arrivé lors de ma première année : les enfants on t apporté des escargots du coup d’autres aussi on les a mis ds un terrarium (enfin au fil du temps on l’a crée) ils se sont reproduits etc etc comme tu le dis adaptation réaction et passionnants apprentissages vivants et donc ayant du sens et motivants
    mais là tu as vraiment faire fort
    toute mon admiration bravo

  5. Petronille dit :

    Mais, quel travail de fourmi par ici !!
    De quoi chasser le bourdon ambiant et donner des, ailes…;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *